En route vers les plateaux tibétains 4


Kangding

Au départ de Leshan, nous faisons une première étape vers la ville de Kangding, à 8h de route environ. Cette ville semble effectivement être une étape obligatoire pour accéder par la suite aux villages tibétains plus à l'ouest. C'est aussi l'occasion de s'acclimater en douceur avec l'altitude. En effet, nous passons d'environ 1000 m d'altitude à Leshan à 2700 m à Kangding.

Je ne m'éterniserai pas sur la conduite de bus dans les routes de montagnes, j'ai dormi la plupart du trajet (sur les conseils avisés de Nicolas ). Par contre, arrivé à Kangding, on sent directement le changement de climat et de région, ça promet pour la suite...

Nous avons logé dans une super guesthouse tenue par un américain et gérée par des tibétains originaires de la région. En plus d'avoir une équipe anglophone (tellement rare qu'il faut le noter), tout le monde a été de bons conseils pour nous aider à découvrir cette grande région! Y compris les voyageurs avec qui nous partagions notre chambre avec qui nous sommes partis une journée à la découverte des montagnes environnantes. Heureusement, le mal des montagnes ne nous a pas coupé l'appétit pour les morfales que nous sommes et nous avons pu faire des provisions de beurre de yak.

Première randonnées à 4400 m d'altitude; j'ai l'impression d'avoir un souffle d'un mollusque asthmatique et même Nicolas a du mal à avancer, c'est pour dire!

Par contre, c'est une vue imprenable sur les montagnes environnantes qui s'offre à nous et l'impression d'avoir la tête dans les nuages.

 

Tagong

Après notre journée de marche, nous partons en direction de Tagong, plus à l'ouest. Pour cela, faute de bus, nous nous faisons conduire avec un autre couple de français.

Ici, on l'a rapidement compris, on a passé une frontière invisible. Dès le premier soir, le restaurateur nous le dira "ici on est pas en Chine! On ne dit pas "Nihao" mais "Tashi delek" Ici on est pas chez les chinois, la cuisine est différente!" Ok, voila qui nous évitera de commettre des impairs...

A Tagong, cette fois c'est un véritable changement. Les maisons sont décorées au style tibétain, avec des moulures et beaucoup de couleurs. Par contre cette fois, il fait vraiment froid et le confort plutôt sommaire de notre guesthouse n'aide pas vraiment. Il ne nous aura pas fallu longtemps pour compléter notre sac à dos avec quelques articles de survie : gants, legging, chaussette de yak...

Lors de nos premiers pas dans la ville, nous avons été plutôt surpris par l'accueil et le sourire des habitants. Depuis que nous sommes en Chine, nus avons l'habitude d'être slués dun "Hello" et la conversation s'arrête là. Ici, les sourires sont des "vrais sourire", comme ceux qui vont jusqu'aux yeux! Plus une sensation d'accueil et de sympathie que d'être examinée comme une bête curieuse, ça change! 

Tagong c'est aussi une impression de far west avec des nomades motards aux chapeaux de cowboys et beaucoup de jeunes moines qui circulent en ville.

Accessoirement, on croise aussi très fréquemment des hordes de cochons affamés par nos "sandwichs", et beaucoup de chiens dont il ne faut pas s'approcher. Il faut savoir qu'en Chine il est plutôt difficile de se ravitailler pour se préparer un pic-nique ou un sandwich. Faute de pain (aaah nostalgie), on trouve par contre facilement tout un tas de choses non identifiables sous vide. Entre autre : pates de poulets cuites, oeufs cuits (mais marrons), viande séchée (je suppose)... Courageux mais pas trop téméraires, on essaie à chaque fois de trouver quelque chose qui ressemble plus ou moins à du pain (brioche, galette...) et on agrémente avec un peu de tofu sous vide, de la saucisse type knaki au maïs et un oeuf que l'on fait cuire dans une bouilloire. Alors après tous ces efforts pour se nourrir décemment, quand il faut lâcher les restes de nos repas aux animaux errants ça fait râler! Du coup ici on se met aux raviolis de yaks.

 

Plus sérieusement, la ville est constituée d'une place centrale avec le temple au milieu. Des fanions colorés flottent tout autour et à l'arrière du temple, on trouve de nombreux moulins à prière. Il s'agit de cylindres, plus ou moins gros, que les fidèles font tourner dans le sens des aiguilles d'une montre pour "libérer" les mantras dans  les cylindres, comme si on les récitait.

Pour notre premier jour sans pluie à Tagong (enfin!), le patron de notre auberge on nous a conseillé de nous excentrer de la ville pour aller voir un monastère plus au sud. Sans beaucoup plus d'explications, à 11h du matin (oui on est pas des marcheurs du matin), on commence alors à gentiment s'éloigner quand un tracteur propose de nous embarquer pour nous avancer. J'avoue, on a un peu fait les feignasses, mais à cette altitude j'assume. Surtout qu'on ne savait pas encore ce qui nous attendait! Bien qu'avancés de quelques km, il nous a fallu de très longues heures et monter en continue pour arriver au sacro saint monastère perché dans les montagnes. Heureusement que notre entêtement persévérance nous a porté jusque là, sans quoi mes jambes auraient lâchées bien avant!

Arrivés au sommet, c'est une vue sur une immense étendue, faite de plaine, de verdure et de montagnes enneigées au loin. J'espère que les photos rendront honneur à l'étendu des paysages... D'ailleurs, j'ai failli me faire chipper mes bâtons par un vieil homme qui devait les trouver à son goût...

 

Notre séjour à Tagong s'est terminé pour partir ensuite du côté de Garze, 8 h de route plus tard.

De Garze, nous ne garderons pas un grand souvenir, (nous ne sommes restés qu'une nuit) mais plutôt un bout de trajet avec un finlandais fort sympathique et une surprise que l'on est pas près d'oublier...

Les photos de notre passage à Kangding et Tagong ICI

 


Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

4 thoughts on “En route vers les plateaux tibétains

  • Moissonnier claire

    Les sourires et l’horizon me vendent du reve…..! Costauds je n’en doute pas… (Je fais des crises de manque de fromage en voyage, mais ca nexiste pas en injection lol ). Par contre, un bebe panda, ca aurait ete pratique pour rechauffer les pieds….(meme si ca prend un peu de place certes)… Lol

    • Elise Post author

      Ha oui je n’avais pas pensé au bébé panda chauffant! Il y a un concept à développer je suis sûre! Avec les injections de fromage on sent qu’il y a de l’idée 😉

  • Millou

    Je peux enfin suivre la suite de vos aventures, comme quoi la pluie ça a un peu de bon ! Ça doit faire tout drôle de se trouver à plus de 4000 m d’altitude mais vous êtes des costauds !!

    • Elise Post author

      Oui il faut bien trouver des bons côtés au mauvais temps, même si j’espère pour vous que vous arriverez à vous faufiler entre les gouttes…
      Oui on s’est rapidement rendu compte qu’on était plus à la même hauteur, mais en y allant doucement ça va bien. Du coup on a prolongé notre séjour dans la région 😉 C’est plus le froid qui me fait souffrir en fait…
      On est costauds on y croit!