Le Machu Picchu


Enfin le fameux ! Voila sept jours que nous l'attendions, l’espérions et l'imaginions...

Après une semaine de marche dans les montagnes, je pense que nous pouvons dire que nous l'avons mérité et nous en sommes plutôt fiers. La ville d'Aguas Caliente au pied de la merveille n'offre pas grand intérêt mais après cette randonnée c'est surtout l'occasion de dormir sur un matelas, de prendre une bonne douche chaude et d'acheter nos tickets pour la visite du lendemain.

Depuis le 1er juillet le gouvernement péruvien a mis en place des restrictions liées au nombre de visiteurs. A 1,2 millions de visiteurs par an, l'impact est effectivement énorme. Désormais nous devons choisir entre une visite matinale très courue pour voir le lever de soleil sur le site ou l’après midi. L’idée de devoir nous lever à 4h du matin pour faire la course dans les escaliers à la lampe frontale ne nous motivait pas vraiment... Nous avons donc opté pour une visite l’après midi, plus calme pour nos jambes fatiguées.

A partir de midi, après avoir récupérés une bonne nuit de sommeil, nous commençons la dernière ascension de cette randonnée, soit 400 derniers mètres de dénivelé sur les fameuses marches Inca et nous arrivons enfin (!) au Machu Picchu.

Le site

Dès que l'on entre sur le site avec cette belle vue ''carte postale'' et la fameuse montagne dominant les ruines, on sait quand même pourquoi l'on a fait tout ça !

Le site est grand et il fait bon déambuler entre les épais murs de pierre face à ce paysage de montagnes et de vallées. L'endroit me fait penser aux paysages de la baie d'Halong terrestre avec ces hauts pains de sucre qui s’érigent fièrement, mais cette fois vu d'en haut. 

Ici, en accord avec les croyances andines, les montagnes sont les protectrices du site et la nature maîtresse des lieux.

Nous déambulons entre les pierres sacrées : pierre en forme de croix andine (la fameuse Chakana), pierre de sacrifice, maisons à deux étages, terrasses agricoles, temple de l'eau, représentation du condor face à la montagne Wayna Picchu ...

 

 

 

Sur la partie haute des ruines, la vue est superbe tandis que les lamas vaquent tranquillement à leurs occupations. Alors que la frénésie diminue a partir de 16h, nous pouvons rester au calme pour profiter un dernier moment du site. Un arc en ciel (''arco iris''), symbole important de la civilisation Inca vient orner ce beau paysage.

Ressentis

 Si l'on doit comparer en terme "d'effet wahou'' comme nous l'avions ressenti sur l’île de Pâques ou encore à San Pedro d'Atacama... le Machu Picchu n'aura pas la première place. Il est certain que nous nous souviendrons longtemps de cette épopée pour y accéder, du défi que cela représentait et certainement bien plus longtemps du site du Choquequirao  qui nous a marqué tant par son charme que par son climat paisible.

Le site du Machu Picchu est splendide et majestueux c'est évident, mais finalement, en cherchant un moyen alternatif d'y accéder, nous resterons d'avantage marqués par les moyens mobilisés que par la destination...

 

Conclusion liées au tourisme Machu Picchunien

Le Machu Picchu, jamais découvert ni détruit par les espagnols, est en train de subir un profond changement qui risque bien de le mener à sa perte;  d’où les regards insistants vers le site du Choquequirao, qui pourrait à terme prendre le relais. Le gouvernement péruvien a effectivement validé un projet visant à rendre le Choquequirao plus accessible en construisant ...un téléphérique! On vous laisse imaginer le type de paysage après les travaux!

On sait que le contexte et la gestion touristique peuvent entacher la découverte d'un site, et à plus d'un million de visiteurs par an, avec un ville crée sur mesure au pied du site, celui-ci est une manne financière, c'est évident. Avec ses pléiades de tours organisés et de racoleurs aux prix abusifs le Machu Picchu est un bel exemple de tourisme à deux vitesses ou l'environnement a joué un rôle important dans notre ressenti.

Finalement, on était pas mal dans les montagnes non?

Comme d'habitude toutes nos photos sont a voir ICI

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *