Le plateau de Shan : 3 jours de trek de Kalaw à Pindaya 2


Étant donné que l'on aime bien les bus de nuit, on a choisi de faire le trajet Yangon- Kalaw de cette manière (bon en fait on a pas eu trop le choix...). Par contre, histoire de corser un peu les choses, les bus partent tous à 17h ou 18h et à ce rythme, nous sommes arrivés a 4h30 du matin dans le froid de la nuit. On peut pourtant s'estimer chanceux d'avoir trouvé un café ouvert 24h/24 pour attendre le levé du jour...
Après une brève récupération sur le sofa de l’hôtel, nous nous sommes mis en quête (à une heure plus décente) d'une agence pour organiser un trek reliant Kalaw au lac Inle. Ici c'est un peu LE trek à faire! Il existe différentes formules et tout le monde nous en parle dès notre arrivée.
Heureusement, nous avons rencontré un couple franco-belge qui se renseignait alors sur un trek Kalaw-Pindaya. Nous étions aussi intéressés par cette ville pour fuir un peu ce que nous appelons désormais "l'effet SAPA" mais nous n'avions trouvé aucune information. Finalement, tout se goupille plutôt bien, et après avoir trouvé l'un des rares guide qui s'aventure sur ces chemins, nous signons pour un trek de 3 jours / 2 nuits jusqu’à Pindaya.

Jour 1

C'est tout frais et bien reposés que nous retrouvons notre guide a 8h30 du matin pour commencer notre marche.
Notre avons commencé par quelques marches nous menant a un point de vue sur Kalaw. L'occasion de faire un peu plus connaissance avec notre guide Kyawmin qui nous explique les différentes zones de la villes. En effet,  les différentes communautés vivent dans des quartiers distincts : hindoues, catholiques, musulmans, et la majorité bouddhiste.
Le chemin a continué en longeant de petits monts remplis de vergers, l'occasion pour nous de gouter quelques oranges fraichement cueillies sur l'arbre.
Notre guide, fin connaisseur de toute la végétation de la région, nous a montré les différentes cultures : orangers, avocats, chili, thé... Ces dernières années, beaucoup de forêts ont été abattues pour laisser plus de place au culture, et, petit à petit, les orangers remplacent les arbres à thé: moins difficile à cultiver, ramasser et plus rentables.

Toute la journée, nous avons longé des paysages teintés de rouge et de vert, nous rappelant un peu notre passage à Huashitou en Chine. Au sommet de toutes les collines se trouvent des bâtiments religieux qui brillent à la lumière : pagodes, monastères...Mais nous étions loin de nous douter que nous en aurions un, rien que pour nous pour passer la nuit.

Après 6 heurs de marches, nous arrivons à notre gite; un monastère! A notre arrivée, les habitants du village le plus proche sont en train de faire des offrandes aux moines. Les trois moines qui logent ici vaquent tranquillement à leurs occupations tandis que nous profitons d'une douche en pleine air sous les bananiers et face au montagnes s'il vous plait!

Pour notre guide, la journée est loin d'être finie puisqu'il s'affaire à préparer notre chambre : 4 couvertures posées sur le sol en guise de matelas dans un hangar à côté de Bouddha (attention, il ne faut pas lui montrer nos pieds!) et surtout notre repas festin cuisiné au feu de bois. Avec lui, on ne va pas mourir de faim!

La soirée fut courte puisqu'à 20h nous commençons tous à sombrer, dans ce lieu magnifique et hors du temps.

Jour 2

Nous avions appris la veille que les moines se levaient à 4h30 tous les matins pour méditer. Effectivement, avec des coqs qui se mettent à chanter toutes les heures à partir de minuit, c'est un réveil naturel!
Aujourd'hui Kyawmin nous a prévenu nous allons marcher un peu plus , et toujours sous la chaleur!

Pour atteindre notre prochaine étape, il nous aura fallu traverser des kilomètres de champs (sésame, choux, chili...), certains labourés, d'autres brulés, récoltés, fleuris...Les "chemins" montent et descendent inlassablement dans les paysages rouges, verts ou blancs en fonction des plantations et du stade des récoltes.

Le soleil et la marche dans les champs cultivés auront eut raison de nous et nous sommes ravis d'arriver à la tombée de la nuit dans notre 2ème gite : la maison des parents de Kyawmin.

Il s'agit d'un tout petit village qui n'est pas relié à l'eau; la famille utilise l'eau de pluie récupérée pendant la saison des pluies. Comme cela ne suffit pas pour cette famille de trois personnes, ils vont ensuite récupérer l'eau à la source sur leur charrette tirée par des bœufs. Ici nous mangeons le repas gargantuesque à la lueur de la bougie vu que la maison ne sera reliée à l’électricité que le mois prochain. 

Les installations sont branchées dans le village mais seules familles quelques sont déjà reliées après avoir payé 300$ de frais de raccordement. Souvent, faute de connaitre le montant des facturations mensuelles les familles continuent d'utiliser leur générateur ainsi que l'énergie des panneaux solaire et ne branche l’électricité uniquement pour la lumière. Les femmes continuent donc à cuisiner au feu de bois et on ne voit aucune télé. Kyawmin nous explique très bien les choses, à nous pour qui tout cela est tellement naturel que l'on ne s'en questionne plus. Les raccordements à l’électricité attirent et font peur à la fois puisque cela demande une connaissance particulière pour l'installation et la prévision des dépenses que personne ne veut partager...

Pour notre part, nous avons passé la nuit dans la pièce principale réchauffée par les deux buffles qui dormaient dans leur étable à l'étage en dessous de nous.

Jour 3

J'ai l'impression que les coqs sont un peu déréglés par ici...3h, 4h, 5h, et ils chantonnent toujours gaiement dans l'étable! Notre ultime journée de marche commence doucement avec un petit arrêt auprès des hommes du village pour boire du thé. C'est l'hiver, ils sont donc moins de travail dans les champs et vont s'entraider pour installer l’électricité chez les voisins.

Nous relions Pindaya en 2h de marche, le temps pour notre guide de nous raconter quelques histoires sur la région et nous faire découvrir toujours de nouvelles plantes. Notre préférée : l'arbre "baume du tigre" qui sent exactement comme la pommade!

En arrivant, nous sommes directement allés visiter la grotte de la ville; immense musée bouddhique qui abrite des milliers de statues de bouddha, de toute tailles créant des recoins et des petits passages.

Avant de quitter Pindaya, nous visitons une fabrique de papier de Shan. La pâte a papier est utilisée pour confectionner des lumignons, ombrelles et même des montgolfières!

Nous rentrons finalement à Kalaw en voiture dans l'après midi pour reposer un peu nos jambes. Plutôt que 3 jours de trek, il s'agit plutôt de deux jours et demi, deux grosses journée au début et une légère la dernière.

Impressions et informations

Informations pratiques:

Finalement,  nous ne savons pas ce que vaut le trek Kalaw-Inle mais nous n'avons absolument pas regretté d'être partis dans une autre direction. En plus d'avoir eu des logements atypiques, nous n'avons croisé aucun autre marcheur en route, ce qui n'est pas le cas sur le chemin d'Inle ou plusieurs centaines de personnes partent dans la même direction chaque jour. Notre super guide Kyawmin n'y est pas pour rien non plus puisque nous avons vraiment apprécié toutes ces petites attentions quotidiennes pour nous donner le sourire! Il aime son métier et cela se voit. Pour faire le trek entre Kalaw et Pindaya, il n'y a que l'agence Sam Family qui a pu nous répondre. Les autres ne le proposent tout bonnement pas, chercheront à vous décourager ou vous mettront à disposition un taxi. Kyawmin peut aussi proposer ses services directement en le contactant à cette adresse : kyawmin2016@gmail.com

Notre premier aperçu de la campagne birmane aura été une réussite. Partout, nous avons été accueilli de joyeux "Minglaba!", parfois surpris de voir s'aventurer des touristes ici. Nous avons parfois eu l'impression de faire un bon dans le passé en voyant la vie et le travail des personnes: charrettes à bœufs, douche au point d'eau et lavage du linge au lavoir, pas d’électricité....Maintenant c'est sur, nous ne râlerons plus quand nous verrons des poteaux électriques dans les paysages et nous nous rappellerons longtemps de la famille de Kyawmin qui nous a donné une belle leçon d'humilité en plus de nous faire découvrir le plateau de Shan!

Nous nous dirigeons maintenant, toujours dans la région Shan, vers le lac Inle.

Toutes les photos de notre trek sont à voir ICI


Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

2 thoughts on “Le plateau de Shan : 3 jours de trek de Kalaw à Pindaya

  • Christiane & Alain

    Bonjour a vous deux nous voyons que votre voyage ce passe bien avec toujours
    de nouvelles découvertes et de très belles photos.
    Bisous de nous deux

    • pradou Post author

      Bonjour,

      Oui tout se passe bien de notre côté. Nous sommes en ce moment sur les îles de Thaïlande…Un peu moins sportif mais beaucoup de belles côtes et de beaux paysages!
      Bises a tous les deux