Luang Prabang fin décembre 5


Après avoir passés 4 jours sur un scooter sur la boucle de Thakhek, nous avons enchainé avec un bus de nuit pour arriver à Vientiane, capitale du Laos.

Vientiane

Nous avions quelques appréhensions avant d'arriver à Vientiane; on nous avait parlé d'une ville sans intérêt, sale avec des chemins de terre et des grands axes routiers. Honnêtement, bien que l'on ne soit pas particulièrement attachés aux grandes villes de manières générale, celle là ne nous aura pas déplu pour autant.
Nous y avons d'ailleurs passé plus de temps que prévu! Le premier jour pour récupérer de notre nuit en bus et boire un dernier verre avec nos amis Camille et Sylvain sur le départ, le deuxième à essayer de se promener en ville sous une chaleur de plomb (plus de 34°), et le 3ème à faire des démarches administratives. Finalement, Vientiane nous aura fait l'effet d'une capitale à taille humaine, beaucoup moins dépaysante que d'autres villes d'Asie. On y trouve d'ailleurs nombres de boulangeries et restaurants occidentaux pour combler nos manques culinaires.

Pourtant, la vraie perle du Nord du pays n'est pas là. Nous sommes donc partis en bus de nuit en direction de Luang Prabang pour retrouver nos amis Yoann et Alice pour passer les fêtes de fin d'année. Finalement, Vientiane nous aura fait l'effet d'une capitale à taille humaine, beaucoup moins dépaysante que d'autres villes d'Asie. On y trouve d'ailleurs nombres de boulangeries et restaurants occidentaux pour combler nos manques culinaires. Pourtant, la vraie perle du Nord du pays n'est pas là. Nous sommes donc partis en bus de nuit en direction de Luang Prabang pour retrouver nos amis Yoann et Alice pour passer les fêtes de fin d'année.

Luang Prabang

La ville s'étend sur une langue de terre au confluent du Mékong et de la rivière Nam Khan, aux eaux couleur boue. Luang Prabang est classé au patrimoine mondiale de l'Unesco; elle fut la capitale du royaume jusqu'en 1563 et aujourd'hui très fréquentée des touristes. L'équilibre entre la vie quotidienne est le tourisme semble pour autant plutôt réussi.

Visite de la ville

A Luang Prabang il est très facile de circuler à pieds pour mieux se perdre dans les petites ruelles, admirer les nombreux temples, croiser des moines aux tenues orangées, longer des rangées de frangipaniers...
Pour mieux profiter du dédale de la ville et admirer le cadre de celle ci, nous sommes montés au sommet du mont Phousi pour admirer le coucher de soleil. En gravissant la montagne, on peut voir une empreinte de pas de Bouddha et de nombreuses sculptures dorées. Les moines quant à eux frappent des pans de cuirs avec du bambou pour le tanner. C'est donc au bruit de ces "gongs" que nous arrivons au sommet pour voir le soleil couchant sur la ville.

Parmi tous les temples que nous avons visité, le temple de Xieng Thong est le plus richement décoré. Plusieurs édifices y sont décorés de mosaïques avec des séries de pochoirs dorés sur fond noir.

Le marché de nuit à également été notre repère pour nos quelques jours passés en ville. En effet, on peut manger à volonté à certains stands pour seulement 1,80 euros! Le but est de remplir son assiette avec tout ce que l'on pense pouvoir manger; le prix est le même. Au menu: nems, pâtes en tout genre, beignets, chips de patates douces, poêlés de légumes, tofu...

Tak Bat

L’aumône des moines (Tak Bat) se déroule tous les matins à Luang Prabang. Les moines bouddhistes ne travaillent pas et ne vivent que des offrandes des fidèles et chaque jour à partir de 6h, ils font le tour de la ville , pieds nus, pour recevoir des offrandes. Les dévots quant à eux s'accroupissent silencieusement devant leurs maisons, un bol de riz gluant disposé à côté d'eux prêt à être distribué équitablement.

Nous sommes le 24 décembre, et pour élargir nos horizons en cette veille de Noël, je motive Nicolas à mettre sonner le réveil à 5h. En ville, les rues sont vides mais les fidèles apparaissent rapidement dans le noir et s'installent, accroupis dans le silence de la nuit. Les femmes portent une écharpe blanche sur l'épaule gauche. Doucement, peu avant 6h résonne la cloche qui annonce le début de la cérémonie. A partir de là, c'est un flot ininterrompu de dizaine de moines, qui se suivent à la file indienne qui apparait. Le premier de chaque groupe est le plus âgé et mène les jeunes moines de son temple. Sans discontinuer, ils longent les groupes des fidèles qui déposent une poignée de riz dans leur sac en bandoulière. Cette cérémonie, inédite pour tous les deux m'a beaucoup touché de par la représentation bouddhiste qu'elle symbolise et à laquelle nous ne sommes pas habitués. Il faut par contre pour s'imprégner de la spiritualité ambiante faire abstraction des nombreux touristes venus y assister comme s'ils se rendaient au zoo! Beaucoup de groupes de touristes se voient proposés par leur agence de voyage de participer à l'offrande, comme on jouerait à un jeu, ce qui gâte la cérémonie. Et c'est sans parler des nombreux chinois touristes venus faire leurs photos de vacances, armés d'énormes appareils photos pour flasher les moines à 50 cm de leurs visages. Il y a bien pourtant certaines règles à respecter, affichées partout en ville (se tenir à une distance respectable, n'y participer que par conviction, se tenir plus bas que les moines, ne pas les toucher, ne pas utiliser de flash...) mais vu la tournure des événements, le rituel pourrait être abandonné sous sa forme actuelle.

Le scepticisme de Nicolas aura bien sur repéré que régulièrement, les moines s'allègent d'une partie de leurs dons en jetant des poignée de riz ou de gâteaux dans des poubelles disposées à cette effet. Il s'agit pourtant du respect d'un principe bouddhiste, qui insiste sur l'importance de ne posséder que ce qui est strictement nécessaire. Des enfants dans le besoin viennent donc ensuite récupérer les "surplus" dont les moines se sont délestés.

Les cascades de Kuang Si

Certaines des plus belles cascades du Laos se situent à quelques kilomètres de Luang Prabang, et c'est maintenant avec Alice et Yoann que nous nous y rendons. Un sentier permet de longer une multitude de piscines naturelles aux petites digues en escalier, d'où s'écoule une eau translucide. Au milieu des bassins, s'hérissent parfois des arbres en plein milieu, créant une retenue d'eau. Un très bel endroit pour se baigner et s’exercer à plonger. Nous ne regrettons pas d'y être allé le matin pour pouvoir profiter des belles nuances de bleus sur les piscines, et rencontrer moins de monde en cours de route 😉

Joyeux Noël...

Il fait beau et chaud, des chants de Noël résonnent dans notre guesthouse, c'est bel et bien Noël! Et celui là est loin d'être conventionnel! Heureusement, une bonne connexion internet nous a permis de parler du froid, de menus gastronomiques et de vins avec notre famille!

Pour nous, le programme est tout autre. Nous voulons traverser le Mékong pour nous rendre dans les villages en face de Luang Prabang. Après avoir avalé une assiette de riz frit, on prend le ferry pour essayer d'aller se promener à Ban Chan, un village de potiers. A peine descendu du bateau, le décor est tout autre. Pas de petites ruelles ni temples richement décorés mais des chemins de terres qui longent des maisons en bois sur pilotis.

Au bout d'une demi heure de marche en plein soleil, les garçons se font alpagués par des hommes attablés. Çà tombe bien, on avait envie de faire une pause. Et là, s'enchainent des verres de Lao Lao, des discutions endiablées en lao-français-anglais! Encore du Lao Lao, il fait chaud mais nos hôtes ne sont pas rassasiés! On apprendra par la suite qu'il s'agit d'un potier, qui, pris d'intérêt pour Nicolas (la barbe c'est un vrai plus ici) lui a fait visiter à lui, et à lui seul sa fabrique d'objets en terre cuite. Nous ne ressortirons pas indemnes de ces cours de Lao alcoolisés puisque nous avons raté le dernier ferry pour nous ramener en ville mais nos hôtes ont eu vite fait de trouver quelqu'un de sobre pour nous faire traverser sur son propre bateau et, en prime, admirer le coucher de soleil sur le Mékong!

Bref, plein de surprises et Joyeux Noël!

...et bonne année!

Yoann et Alice venant du Nord du pays, et nous du Nord, nous pensions tout simplement continuer tous les 4 en suivant un axe est/ouest pour pouvoir repartir dans nos directions respectives par la suite. Pourtant, le réveillon du jour de l'an approchant, on s'oriente vers le sud pour passer quelques jours à Vang Vieng pour prolonger le voyage à 4. Vang Vieng est situé entre Vientiane et Luang Prabang, ville à la réputation sulfureuse à cause de ses excès passés. Connus pour avoir été une ville très festive, proposant profusion d'alcool et de drogues pour satisfaire les fétards toujours plus nombreux, les choses ont changé après 2012 quand le gouvernement vint fermer de nombreux établissements.

Clairement, est ce que la ville vaut le détour : non. Il s'agit d'une succession de bars surfant sur le succés passés, souvent à moitié vide. Est ce que la campagne est belle: OUI et re OUI! On a d'ailleurs pu la voir sous différentes formes en se promenant en scooter et en faisant du tubing (descente de la rivière sur une chambre à air de camion). Est ce qu'on a passé un bon moment : EXCELLENT! Les adeptes de bières au bord de l'eau trouveront leur bonheur, les promeneurs de quoi se dégourdir les jambes. Il ne faut pas y aller en s'attendant à rencontrer des locaux et passer un moment authentique dans la campagne laotienne, ce n'est pas le cas. Le cadre est cependant agréable et nous a donné un vaste choix pour fêter la nouvelle année. Au programme, les meilleurs burgers mangés en Asie et une soirée entre français marquant la fin de notre voyage à 4

Comme d'habitude toutes nos photos sont ICI


Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

5 thoughts on “Luang Prabang fin décembre

  • Alexandra

    Bonjour 🙂

    Je continue à rattraper mon retour et cet article m’a beaucoup touché. J’imagine (très modestement) ce que vous avez pu ressentir devant le procession des moins bouddhistes et je pense que c’est à vivre (en particulier une veille de Noel).

    J’espère que vous allez bien 🙂

    Bisous

    A et B

    PS : Nico, je te souhaite (très en retard), un très bon anniversaire.

    • Elise

      Quel plaisir de te lire, on commençait à s’inquiéter ?
      Nico te remercie…Il a passé son 32 ème anniversaire (malade) en Birmanie.
      Ici aussi on assiste à beaucoup de processions de moines, mais jamais aussi grande et aussi solennelle !

      On espère aussi que vous allez bien et que vous prenez bien vos marques dans votre nouveau chez vous.

      Bises

      • Alexandra

        ^^

        Je suis toujours là mais j’avoue un peu en retard 🙂

        Nous on prend bien nos marques. On avance, l’entrepreneur passe mardi faire les derniers truc qui manquent (surtout des rangements) et là on devrai pouvoir ranger les derniers cartons.

        On est très contents en tout cas.

        Bisous à vous et bon courage pour le retard dans l’écriture 🙂